Parler est un besoin, écouter est un Art "

              Wolfgang Amadeus Mozart

 

Thérapie par les Mouvements Oculaires et sophrologie

 

I M O - abrégé de INTEGRATION par les MOUVEMENTS OCULAIRES

 

 

Auteur : Thierry Loussouarn

 

Il existe plusieurs méthodes de retraitement de l’information : EMDR, IMO, EMT…

 

La thérapie par les mouvements oculaires que nous proposons est un complément utile à l’entretien sophrologique. Elle peut s’inscrire en début de thérapie, dès le 3ème entretien en général.

Le sophrologue choisit cette approche lorsque le patient évoque un événement douloureux, récent ou lointain, dont l’impact sur la problématique est évident.

Cette thérapie permet, parfois en une seule séance, de désactiver le souvenir.

 

 

Il est ici intéressant de suivre l’évolution émotionnelle de la personne entre le début et la fin de la séance. L’intensité émotionnelle est généralement forte au début.

A ce stade, on peut même sentir chez le patient du scepticisme vis à vis de la méthode. Puis, l’émotion diminue. Le patient le constate mais n’est pas toujours convaincu.

 

Arrive ensuite un stade où l’émotion a quasiment disparu. Le patient est alors de plus en plus étonné de son vécu. Cette disparition de l’émotion s’accompagne généralement d’une difficulté à revoir les images de l’événement, ou bien ces images sont floues, ou encore elles se transforment positivement. Les pensées négatives ont également disparu et sont naturellement remplacées par une affirmation positive qui va achever le travail de réparation. Des sentiments positifs naissent.

 

En toute fin de séance, le patient semble parfois incrédule :

il ne ressent plus de souffrance; il se sent libéré mais il ne comprend pas comment fonctionne la technique !
Mais l’étonnement est encore plus grand dans les jours, les semaines et souvent les mois qui suivent. Le patient se sent vraiment libéré du souvenir traumatique. 

L’impact de la séance sur le quotidien est mesurable, quantifiable.

La problématique qui l’a amené à consulter le sophrologue s’est considérablement amoindrie ou a totalement disparu.

Bien souvent, le patient constate que la thérapie par les mouvements oculaires a eu un impact positif au-delà de ses attentes.
La méthode ne se limite pas aux seuls événements douloureux. On peut aussi travailler sur des difficultés présentes sans lien avec le passé: difficulté à se mettre au travail, à réviser les leçons (voir cas décrit plus loin).

Après une analyse de la situation, le sophrologue travaille sur la problématique comme si c’était un souvenir. Et la magie opère...

 

On a encore du mal à expliquer comment fonctionne la thérapie par les mouvements oculaires.

Plusieurs théories existent: sollicitation des deux cerveaux, mise en marche du système de traitement de l’information, concentration intérieur/extérieur, relation avec le thérapeute.

Les spécialistes de l’hypnose ericksonnienne évoquent aussi l’empathie, l’effet hypnotique de la main comme celui du pendule, etc. On n’a certainement pas encore fini d’étudier cette méthode mais quelle que soit les raisons de son efficacité, elle deviendra une approche incontournable du thérapeute ou du sophrologue du 21ème siècle.

En sophrologie, nous avons adapté la technique. Elle consiste à réaliser des stimulations alternées (tapotements...) qui désactivent les perceptions inconfortables que peut avoir l’élève avant la séance: vécu de la journée, soucis... Là aussi, l’effet est immédiat notamment sur le système parasympathique.


Le sophrologue formé à la sophro-analyse - et donc habitué aux abréactions - pourra utiliser les mouvements oculaires chaque fois qu’il découvrira un événement traumatique. Avec cette méthode, associant travail recouvrant et pédagogique et travail découvrant et cicatrisant, il pourra répondre beaucoup plus efficacement aux demandes individuelles.